Retraites : concertation avec le ministre

Réunion de concertation sur les Retraites

 

Le ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction Publique, Eric Woerth, ainsi que le secrétaire d’Etat chargé de la Fonction Publique, Georges Tron, ont reçu la délégation CFDT le 21 mai 2010 dans le cadre d’une rencontre bilatérale.

Ils ont confirmé les éléments de calendrier présentés le 12 avril dernier :

Publication du projet de texte du gouvernement mi-juin,

Présentation du projet de loi au Conseil des ministres mi-juillet,

Passage du texte en commission à l’Assemblée nationale fin juillet,

Entrée en débat du texte à l’Assemblée nationale début septembre,

Débat du texte au Sénat à compter du début du mois d’octobre.

L’échange a porté sur le « document d’orientation sur la réforme des retraites » diffusé le 16 mai aux organisations syndicales.

 

La CFDT a insisté sur les points suivants :

Le projet du gouvernement est celui d’une réforme paramétrique centrée sur la question du financement des retraites.

Pour la CFDT, une réforme du système est nécessaire. Elle nécessite un vrai débat dans un délai plus long que celui de la réforme en cours.

Le document d’orientation donne le sentiment qu’un recul de l’âge légal de départ est envisagé par les pouvoirs publics.

Pour la CFDT, la possibilité de partir en retraite à 60 ans doit être maintenue. Elle constitue un élément de choix important pour les salariés. La CFDT est opposée au recul de l’âge légal de départ, injuste et dont on sait qu’il ne répondrait qu’à une partie du besoin de financement des retraites.

L’amélioration de l’emploi des seniors est un levier important. L’anticipation et l’évolution des carrières professionnelles en constituent un aspect déterminant, y compris dans les fonctions publiques.

Les solidarités du système de retraite doivent être renforcées. Cela doit se traduire par une augmentation des ressources du Fonds de Solidarité Vieillesse - comme l’indique le document d’orientation - mais aussi celles du Fonds de Réserve des Retraites, qui devra être conforté dans sa mission : amortir le choc du papy-boom. Les revenus des capitaux doivent être davantage mis à contribution pour financer ces éléments de solidarité du système.

Le dispositif de départ anticipé pour carrières longues mis en place en 2003 doit être maintenu.

La reconnaissance de la pénibilité constitue un élément de réduction des inégalités, dont la portée reste à préciser. Pour la CFDT, cette reconnaissance ne doit pas s’effectuer sur un critère exclusivement individuel et médical, mais sur critères collectifs suite à une demande individuelle. Cela ne doit pas se traduire par une remise en cause des catégories actives dans les fonctions publiques.

 

Délégation CFDT : François Chérèque, Secrétaire Général ; Jean-Louis MALYS, Secrétaire National ; Brigitte Jumel, Secrétaire Générale de l’Union des Fédérations de Fonctionnaires et Assimilés (UFFA – CFDT) ; Véronique Descacq, membre du Bureau National confédéral, Yves Canévet, Secrétaire confédéral.