Campagne présidentielle, porter la parole des salariés et refuser l’instrumentalisation

Publié le par L'équipe SGEN du clic Limousin

Comme elle le fait traditionnellement à l’approche des élections présidentielles, la CFDT a interpelé les candidats des principaux partis démocratiques sur leurs programmes en matière sociale et économique. Quatre candidats ont reçu la CFDT : Eva Joly, François Bayrou, François Hollande et Jean-Luc Mélenchon. Seul le candidat de l’UMP n’a pas souhaité répondre. La CFDT ne le rencontrera donc pas car la campagne officielle va débuter et il n’est pas question pour la CFDT de se trouver en position d’être instrumentalisée par un candidat si près du scrutin.

C’est la première fois qu’un président de la République sortant refuse d’échanger avec la CFDT. Cette attitude de Nicolas Sarkozy est dans la ligne de ses attaques répétées depuis le début de sa campagne contre les corps intermédiaires, les partenaires sociaux et en particulier les syndicats.

En février, la CFDT avait déjà condamné de tels propos en rappelant qu’il est nocif de faire des corps intermédiaires des boucs émissaires à des fins électoralistes. Depuis, le président a attaqué directement les militants CFDT dans le but de les opposer aux « vrais » salariés. La CFDT déplore et condamne ces propos dangereux pour la démocratie en général et la démocratie sociale en particulier.

La campagne présidentielle semble s’éloigner des questions sociales, qui sont pourtant les priorités des Français. La CFDT réaffirme qu’elle continuera, quel que soit le résultat de l’élection présidentielle, à défendre les intérêts des salariés par le biais de la négociation.

Indépendante de tous les partis, la CFDT ne donne pas de consigne de vote en vue des élections politiques. Ce choix de l’autonomie face au pouvoir politique ne l’empêche pas de participer au débat public afin d’imposer ses idées et d’éclairer le choix des électeurs. C’est dans ce cadre qu’elle a interpelé les principaux candidats à la présidentielle. Mise à jour du 27 mars avec le compte rendu de la rencontre avec François Hollande. Autonomie ne signifie pas désintérêt ou effacement, tout au contraire. Pendant la campagne présidentielle et celle des législatives, la CFDT compte bien être présente pour faire entendre la voix des salariés. C’est dans ce cadre qu’elle a publiée une adresse aux candidats (républicains) à la présidentielle, avant de les rencontrer pour écouter leur réponse à cette interpellation.

Téléchargez l’adresse de la CFDT aux candidats à la présidentielle

Ce document sert de fil conducteur lors des rencontres que la CFDT avec les candidats à la présidentielle. Cette adresse est découpée ne trois temps forts : Tout d’abord, les mesures que ces candidats souhaitent prendre à court et moyen termes pour répondre à la situation sociale dégradée que nous connaissons aujourd’hui. L’adresse s’intéresse à l’avenir au travers de questions concernant la formation (initiale et professionnelle), la sécurisation des parcours professionnels, le développement durable, l’aménagement du territoire ou l’Europe. Enfin, la dernière partie, plus prospective, invite les candidats à s’exprimer sur la manière dont ils envisagent de gouverner, de mener à bien les réformes qu’ils proposent.

-  Compte-rendu de la rencontre avec François Bayrou, candidat du Modem, le 21 février 2012 ;

-  Compte-rendu de la rencontre avec Eva Joly, candidate de Europe Ecologie-Les Verts, le 9 mars 2012 ;

-  Compte-rendu de la rencontre avec François Hollande, candidat du Parti socialiste, le 27 mars ;

-  Réponse de Jean-Luc Mélenchon à l’adresse de la CFDT.

(Les comptes-rendus sont mis en ligne au fur et à mesure des rencontres avec les candidats).

C’est dans le même état d’esprit, à savoir présenter dans le débat public les attentes de la société civile, que la CFDT a organisé les 10 et 11 mars, avec ATD Quart Monde, la Confédération étudiante, Confrontations Europe, Europe et Société, France Nature Environnement, la Ligue de l’Enseignement, la Mutualité Française et l’Unsa, un Forum pour un pacte social et appelle a signé un Manifeste pour un pacte social demandant aux candidats à la présidentielle d considérer la place de la société civile comme partie prenante des grandes décisions qui concernent la société de demain.

Publié dans Actualités

Commenter cet article